Des «incivilités» aux caméras de surveillance, en passant par la criminalisation de la jeunesse et des actions de grève, l’appareil d’Etat bourgeois, au service des banques s’arme et se renforce face aux défaites inéluctables qui l’attendent , face aux luttes ouvrières. « Nous sommes tous des terroristes ». A qui faisons nous peur, sinon au patronat ? Rappelez-vous notre mot d’ordre du 1er Mai : «Une grève musclée, une bonne séquestration, le seul langage que comprennent les patrons »…

On engage aux SPF « Justice » et « Intérieur »…

Et il y a aussi la répression quotidienne, la chasse aux chômeurs, aux sans-papiers, la lutte contre la « fraude sociale », les impôts abusifs, pendant que les banques fraudent massivement et se paient sur notre travail.

Un match de foot – au moment où Arcelor éteint le haut-fourneau à Liège…-, des élections, une manifestation européenne bidon (Pour une “Europe sociale”, ah, ah…), un récital patriotique, il y aussi la méthode « du pain et des jeux », avant les matraques et les robocops.

Mais la lutte, l’affrontement classe contre classe est inéluctable. Comme la solidarité est indispensable. Derrière le procès du DHKPC, il y a notre solidarité avec la classe ouvrière turque, avec son mouvement révolutionnaire et le soutien aux revendications légitimes des peuples opprimés dans un pays fasciste, un pilier de l’OTAN, une base d’agression contre les peuples et le chouchou de l’Union européenne.

En Europe, les travailleurs du chantier naval de Gijon (Asturias) viennent de livrer un combat exemplaire contre le vieil Etat répressif espagnol. Violence de masse exemplaire contre le terrorisme et la violence d’Etat.

En Belgique, les grèves et les occupations se multiplient. En ordre dispersé et dans des entreprises moyennes, sans que les centrales des syndicats réformistes appellent à la solidarité. Leur rôle est l’application d’une scandaleuse convention collective au profit du patronat et d’assurer la « paix sociale » avec comme méthode la division entre les travailleurs et une répression bureaucratique sournoise au sein même des centrales.

EN ARRIÈRE TOUTE, VOILA LES ÉLECTIONS !

Voilà la « gauche de la gauche », (la gauche du capital), PTB-PSL-LCR-P”C” et autre CAP, qui procure un répit bienvenu au gouvernement bourgeois. L’éternelle tromperie destinée à écarter les masses du chemin de la lutte et faire croire que les exploités parviendront au pouvoir par des voies légales.

Loin d’être une propagande mobilisatrice, un appel à la lutte, les programmes de ces organisations, qui se définissent toutes par rapport au PS, sont des catalogues de « solutions » à la crise capitaliste. La solution c’est évidemment la destruction complète du régime capitaliste, but de toute organisation communiste, de tout communiste.

Et la dénonciation des lois « antiterroristes », des « méthodes spéciales », des astreintes et des interventions policières mises en œuvre contre les militants, cette dénonciation telle qu’elle a été faite dans le cadre de la démocratie-dictature bourgeoise ne trouve plus la place qui lui revient dans les programmes.

Ce serait avouer les illusions et les contradictions que ces programmes répandent. Et la tromperie fondamentale qui consiste à participer aux élections bourgeoises tout en dénonçant les « méfaits du capitalisme sauvage »…

Le Bloc-M-L ne néglige pas pour autant toutes les initiatives qui contribuent à démontrer la nature réelle, antipopulaire, destructrice, obscurantiste et terroriste de l’Etat capitaliste.

Notre rôle est de leur donner un caractère de classe, utile à la lutte et au développement de la solidarité.

Une autre échéance est la mobilisation et la solidarité avec les militants du Secours Rouge et du Bloc ML menacés eux aussi d’un procès « antiterroriste ». Et soumis à une répression permanente qui n’a d’autre but que de les écarter de la lutte que nous menons.

A BAS L’ETAT BOURGEOIS !

A BAS LA JUSTICE DE CLASSE !

Bloc Marxiste-Léniniste
25 mai 2009


Revenir en haut de la page.