La « belle époque » de l’élan capitaliste

Face à l’aristocratie, la bourgeoisie portait un élan humaniste et universaliste. Un opéra comme La flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart était une arme de guerre en faveur du progrès.

Arrivée au pouvoir, de manière certaine et nette et sans risque de contre-révolution aristocratique, la bourgeoisie n’est plus que réaction, et l’opéra n’est plus que divertissement. Aida sert aux fêtes d’inauguration du canal de Suez. Giuseppe Verdi, son compositeur, sera déçu que seule une aristocratie mondaine puisse assister aux représentations, mais tel est désormais le statut de l’artiste : un producteur de marchandises culturelles au service du divertissement, de l’idéologie bourgeoise.

La révolution française avait permis l’avènement de la dimension individuelle, mais la sensibilité n’a pas sa place dans une société où l’accumulation du Capital engloutit toutes les énergies. Le Capital, de Karl Marx, décrit admirablement le processus du capitalisme triomphant…

27 janvier 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 1ère partie : du réalisme aux impressions

Dossier publié pour la première fois sur le site Communiste MLM “Voie lactée” Face à l’aristocratie, la bourgeoisie portait un élan humaniste et universaliste. Un opéra comme La flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart était une arme de guerre en faveur du progrès. Arrivée au pouvoir, de manière certaine et nette et sans risque de […]

29 janvier 2015

La «belle époque» de l’élan capitaliste – 2ème partie : triomphe du naturalisme et de la vivisection

Le réalisme avait été l’idéologie de la bourgeoisie conquérante s’opposant à l’aristocratie qui, quant à elle, de son côté, diffusait la nostalgie d’une monarchie idéalisée, par le romantisme dans sa variante française. Cependant, la bourgeoisie ayant définitivement l’ascendant historique sur l’aristocratie, à partir de 1848 donc, se devait d’adapter le réalisme à sa propre nature. […]

31 janvier 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 3ème partie : le naturalisme comme démarche littéraire

C’est Émile Zola qui a formulé la thèse « naturaliste » de manière la plus avancée dans le plan des arts et de la littérature. En 1880, il publie Le Roman expérimental, dans le cadre d’une grande campagne de presse de 1879 à 1882. Cet ouvrage est directement dans la continuité idéologique de l’oeuvre de […]

2 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 4ème partie : Edgar Degas et Claude Monet, l’impression bourgeoise immédiate

La peinture impressionniste est l’un des plus grands moments culturels de la belle époque. Elle est un summum du raffinement bourgeois. Dans le roman, on a Émile Zola, en poésie Paul Verlaine et Stéphane Mallarmé, voire Arthur Rimbaud, en musique on a Claude Debussy ; en peinture, on a l’impressionnisme. Parmi les peintres, il faut […]


3 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 5ème partie: la volonté de puissance de Nietzsche

Les impressions ne pouvaient suffire à la bourgeoisie : il y avait également besoin du style de vie qui va avec, ainsi que de toute une théorie, une « philosophie de la vie ». Cette dernière va être apportée par Wilhelm Dilthey en Allemagne et Henri Bergson en France. Cependant, sur le plan du « […]

5 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 6ème partie : la « philosophie de la vie » de Dilthey et Bergson

Le vitalisme est au cœur de la réflexion bourgeoise. Deux philosophes vont établir une base idéologique : Wilhelm Dilthey et Henri Bergson (Friedrich Nietzsche et Georges Sorel en établissant un style). Grand-croix de la Légion d’honneur, Prix Nobel en 1927, statistiquement l’auteur le plus donné au baccalauréat, Henri Bergson est la figure de proue de […]

7 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste 7ème partie : Cézanne, Van Gogh, Munch et le subjectivisme

Le développement toujours plus grand du subjectivisme au sein de la bourgeoisie devait nécessairement amener l’implosion de l’académisme et l’apparition de courants célébrant le subjectivisme, le pur moi bourgeois, comme dépassement impressionniste de l’impressionnisme lui-même. C’est là qu’on trouve historiquement Paul Cézanne (1839 – 1906), qui est un ami d’enfance d’Emile Zola (qui le poussera […]

9 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 8ème partie : Georges Sorel et le subjectivisme syndicaliste révolutionnaire

La situation du mouvement ouvrier en France à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle se caractérise par un énorme retard idéologique et culturel en comparaison avec les classes ouvrières d’Allemagne et d’Autriche-Hongrie. Dans ces deux derniers pays, la social-démocratie est fermement ancrée sur le terrain du marxisme ; elle possède […]


11 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 9ème partie : l’université et la sociologie bourgeoises contre les « foules »

Face au matérialisme dialectique, il n’y a pas que Georges Sorel, il y a tout l’appareil universitaire bourgeois, avec sa sociologie et sa psychologie. Le parcours de Georges Sorel devenant un intellectuel pratiquement « organique » du système qu’il dénonce, mais qu’il entend moderniser, est par ailleurs typique de la fin du 19ème siècle en […]

14 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 10ème partie : Les nationalistes sociaux Maurice Barrès et Charles Maurras contre l’esprit de Georges Eugène Haussmann

Le développement capitaliste passe notamment par Paris. L’un des grands symboles, ce sont bien sûr les grands travaux du préfet Georges Eugène Haussmann, de 1852 à 1870. La ville de Paris est percée de grands boulevards, les immeubles acquièrent une unité bourgeoise. De son côté, l’ingénieur des ponts et chaussées Jean-Charles Alphand organise des paysages […]

16 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 11ème partie: Charles Péguy et les catholiques décadents

La modernité républicaine a posé un grand problème à la bourgeoisie réactionnaire, qui profitait du catholicisme. Ce n’est pas avant le début du 20ème siècle que les problèmes seront réglés, et un catholicisme modernisé instauré. A la fin du 19ème siècle, les intellectuels catholiques, à l’influence massive, oscille entre deux pôles. Un pôle est celui […]

18 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 12ème partie : Le serment anti-moderniste Sacrorum antistitum

La Belle époque est marquée par la grande modernisation républicaine. En 1879, le sénat devient républicain, et c’est le retour de la Marseillaise, en 1880 est instaurée la célébration du 14 juillet et il y a une offensive contre les congrégations religieuses. En 1882, l’Etat organise l’instruction obligatoire et l’enseignement public laïc (1882). En 1884, […]


20 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 13ème partie : L’affaire Dreyfus

Une fois la défaite de Napoléon III passée, l’avènement de la République répondait aux exigences bourgeoises d’un Etat moderne parfaitement en phase avec les exigences de la modernité capitaliste. Le problème qui se posa à l’appareil d’Etat était par contre la définition de la République. Fallait-il puiser dans toute l’idéologie qui a suivi le romantisme […]

24 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 14e partie : Les fausses avant-gardes du futurisme et du Cercle Proudhon

Avec l’affaire Dreyfus, le nationalisme a compris que la république bourgeoise avait réussi à s’affirmer, à atteindre un certain niveau de modernité. Il y a alors eu la tentative de dépasser clivage monarchie / république, en appelant à une république aristocratique. Trois appels vont avoir un succès très important. Si le premier, formulé par le […]

26 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 15ème partie : Entre divertissement décadent et occultisme

Malgré le boulangisme qui a frisé le putsch militaire, malgré la tentative de coup d’État monarchiste, malgré l’affaire Dreyfus, malgré les attentats anarchistes, l’atmosphère bourgeoise est finalement très calme. En 1887 – 1889 est ainsi construite la Tour Eiffel, œuvre empreinte du culte de l’ingénieur à la française, incarnant de toute sa masse l’idée d’écrasement […]

28 février 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 16ème partie : La propagande anarchiste « par le fait »

La Belle époque de la bourgeoisie a produit un phénomène très particulier : une rébellion à la fois individuelle et sociale, avec des actions tentant d’ailleurs de combiner élan individuel et esthétique : l’esprit fasciste est déjà là. On a en effet une tentative de remettre à zéro la société, à travers des actions purement […]


2 mars 2015

La « belle époque » de l’élan capitaliste – 17ème partie : L’ordre moral entre le Sacré-Coeur et système Bertillon

La Belle époque est caractérisée par la mise en place de la société bourgeoise, et par conséquent d’un ordre moral parfaitement établi. C’est cet ordre moral que la petite-bourgeoisie de gauche et universitaire critiquera inlassablement, critiquant l’esprit réactionnaire et le conservatisme, l’esprit de surveillance, d’autorité, etc. sans jamais atteindre le cœur capitaliste. L’expression « ordre […]


Revenir en haut de la page.